Rotation des cultures

Niveau d'echelle :

Equivalents étrangers : Crop rotation (en); Rotación de cultivos (es); Fruchtfolge (de)

Rotation des cultures Crédit photo : Hugo François
Définition :

La rotation des cultures consiste en l’organisation de la succession culturale des espèces sur une parcelle. La rotation des cultures s’organise en un cycle régulier plus ou moins long. On la qualifie de biennale lorsque deux espèces y sont cultivées successivement d’une année sur l’autre, triennale pour trois etc… Dans une perspective agroécologique, on considère qu’une rotation des cultures doit être diversifiée en termes de familles végétales cultivées.

Avec une rotation des cultures diversifiée, les ravageurs et pathogènes rencontrent davantage de difficultés pour trouver leur espèce hôte (1). En outre, les périodes de croissance hétérogènes des cultures rompent le cycle de développement des adventices. Enfin, en comparaison d’une monoculture, une rotation des cultures diversifiée permet de limiter l’appauvrissement des sols. La présence de légumineuses dans la rotation fournit de l’azote au sol (2). Les différents types de résidus de culture améliorent la structure et la vie du sol et favorisent la reconstitution du stock en nutriments nécessaires aux plantes. La complémentarité des systèmes racinaires des différentes cultures a elle aussi un effet positif sur la structure du sol (3).  La rotation des cultures fournit donc 3 types de bénéfices pédologiques : biologique (1), chimique (2) et physique (3).

De façon à diminuer l’emploi d’intrants chimiques, la diversification des assolements et l’allongement des rotations est encouragée via des cultures intermédiaires, l’implantation de légumineuses, les cultures sous couverts etc… La durée et les espèces choisies dépendent fortement du contexte. Par conséquent, la mise en place de rotation des cultures demande des connaissances techniques et un savoir-faire important. Les bénéfices d’une rotation sont appréciables à long terme (5 à 10 ans) mais dépendent du contexte économique, géographique, climatique…

Publié le 04 août 2016
Références bibliographique :

Archambeau M. 2008. Rotation et salissement. Agriculture de conservation.com

Archambeau M. 2015. Agroscope de Changins : travail du sol, fertilisation et couverts végétaux. TCS n°83 – juin/juillet/août 2015.

Bonin L. 2014. Valoriser les rotations et les périodes de semis.

Moyen P. 2016.  Rotation, agriculture. Encyclopædia Universalis.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.