Relocalisation de l’agriculture

Niveau d'echelle :

Equivalents étrangers : Re-localization of agriculture (en); Relocalización de la agricultura (es)

Crédit photo : Julien Rouvier, ENSAV 2018
Définition :

La relocalisation de l’agriculture est le rapprochement entre producteurs et consommateurs. Dans ce contexte,  la racine “local” de “relocalisation” est synonyme de “proximité”.

La relocalisation de l’agriculture privilégie les circuits courts afin de favoriser l’autonomie économique des agriculteurs. Ainsi, la majeure partie du prix de vente des productions revient à l’agriculteur de par la suppression de nombreux intermédiaires. Outre la production, l’agriculteur peut participer en totalité ou en partie à la transformation et à la commercialisation, au sein du territoire où le produit final sera consommé. Un réinvestissement  de la valeur ajoutée sur le territoire est donc possible via des projets agricoles ou citoyens comme la création de magasins de producteurs. Cela permet de renforcer la viabilité des exploitations agricoles et des entreprises locales, de dynamiser les communes et d’augmenter l’attractivité des territoires. Le rapprochement des “villes” et des “campagnes” permis par la relocalisation accroît la transparence de la production envers les consommateurs et la création d’un tissu social agriculteur-consommateur fort.

De par le rapprochement des acteurs d’une même filière agricole et alimentaire (coopératives, abattoirs…), la relocalisation contribue au développement local. Les systèmes agricoles et alimentaires territorialisés reposent alors la question des formes de gouvernance, de réappropriation de l’alimentation par l’ensemble des acteurs et des formes de coopération entre acteurs.

Du point de vue de l’agroécologie, la relocalisation de l’agriculture répond à de nombreux enjeux territoriaux. Elle permet la revalorisation du territoire en mobilisant ses atouts écologiques, économiques et sociaux. Elle favorise un système alimentaire viable, à plus petite échelle et donc moins sujet à l’influence des cours du marché mondial voire national. L’agriculture paysanne prônée par certains courants de l’agroécologie s’inscrit dans le principe de relocalisation de l’agriculture de par une volonté de rendre le paysan autonome et en lien direct avec le consommateur

Publié le 07 février 2018
Références bibliographiques :

Alternatives économiques. 2015. « Comment relocaliser la production » . Alternatives économiques, Rubrique Environnement, n°349, 01/09/2015.

Commission Relocalisation de la Confédération paysanne. 2012. RELOCALISATION : Reconnaissance et protection des produits et des producteurs fermiers.

Transrural Initiatives. 2008. Les premiers pas de l’agriculture vers l relocalisation de l’économie. TRANSRURAL Initiatives. Dossiers n°359. 8p.

guillemets

La « Relocalisation de l'agriculture » et ses rôles dans la dynamique territoriale

« Le terme de Relocalisation de l’agriculture est facilement associé au concept de « circuits courts ». Pour définir ce terme, la difficulté a été de mettre en avant les dimensions plus large qu’il regroupe, notamment en termes de dynamique territoriale.Isabelle Duvernoy

Lors de la réalisation de la vidéo associée à la définition, cette difficulté s’est aussi posée. Avec Julien Rouvier, l’étudiant de l’ENSAV qui a piloté cette vidéo, nous avons choisi de montrer l’exemple d’éleveurs en vente directe de viande bovine (un cas moins connu qu’un maraicher) de Saint-Girons. Nous avons identifié ensemble les aspects de dynamique territoriale à mettre en avant et avons longuement échangé sur les idées de Julien pour les illustrer (choix des images, des témoignages, système de schéma explicatif….).
J’ai pu réaliser au travers cet exercice combien ce travail de mise en image est complexe ; nous n’y sommes pas habitués en tant que chercheur ! ».

Retrouvez le témoignage complet en cliquant ici.

Isabelle Duvernoy

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.