Polyculture-élevage

Niveau d'echelle :

Synonyme(s) : Polyculture élevage; PCE

Equivalents étrangers : Crop-livestock farming (en)

polyculture elevage moutons Crédit photo : Maruani Landa
Définition :

La polyculture-élevage est un système de production agricole combinant une ou plusieurs cultures (destinée(s) à la vente et/ou à l’alimentation des animaux) et au moins un élevage. Un tel système tend vers l’agroécologie quand les animaux sont alimentés par les cultures et prairies, lesquelles sont fertilisées en retour par leurs déjections. La polyculture-élevage peut se définir au niveau d’une exploitation agricole ou entre exploitations agricoles (au moins deux ou un collectif) se coordonnant pour la gestion de flux de matières (grain, fourrage, effluent) ou via une organisation économique (par ex. une coopérative) gérant ces flux.

Par comparaison avec un système agricole spécialisé (en cultures ou en élevage), la polyculture-élevage à visée agroécologique est une forme d’agriculture intégrée : les cultures fournissent le grain (céréales et protéagineux) et des résidus de cultures (paille, co-produits) voire des fourrages (foin de luzerne, etc.) à l’élevage, lequel lui restitue des effluents organiques (lisier, fumier). Cette intégration entre cultures et élevage favorise l’autonomie du système vis-à-vis des intrants (fertilisants, pesticides, aliments pour le bétail, etc.). Enfin, la polyculture-élevage permet une meilleure résilience du système face à des aléas climatiques et économiques.

L’évolution de l’agriculture en France, via  le système d’innovation agricole (recherche, formation, conseil, banques, etc.), a conduit au développement de systèmes de polyculture-élevage ayant plutôt des cultures et un ou des élevage(s) peu intégrés. Une simple coexistence entre cultures et élevage revient à organiser des flux de matières (grain, fourrage, effluent) via le marché selon une logique d’exploitation spécialisée. Ces systèmes n’induisent pas une réelle intégration cultures/élevage au sens de l’agroécologie : ils n’offrent donc pas les bénéfices attendus en matière d’autonomie et de résilience. Pour développer une polyculture-élevage agroécologique, des coordinations entre cultures et élevage sont nécessaires dans le temps (par exemple pour les successions de cultures) et dans l’espace (par exemple pour l’assolement).

Publié le 05 août 2016
Références bibliographique :

CIAg Agriculture. 2013. Associer productions animales et végétales pour des territoires agricoles performants.

Institut de l’Elevage. 2016. RMT Systèmes de Polyculture Elevage.

Laisser un commentaire