Economie circulaire

Niveau d'echelle :
Économie circulaire Crédit photo : Adèle Edwards & Axel Urdy, ENSAV 2020
Définition :

L’économie circulaire est un modèle économique qui repose sur le constat que la quantité de ressources disponibles est limitée. Elle vise donc à réduire de façon systématique leur utilisation, par opposition à l’économie linéaire actuellement dominante et basée sur le schéma suivant : extraire, fabriquer, consommer, jeter. L’économie circulaire s’inspire pour cela du fonctionnement des écosystèmes naturels en organisant le bouclage des flux de matière et d’énergie.

L’économie circulaire se construit autour de trois piliers :

  • Réduire : limiter l’extraction et la consommation de ressources.
  • Réutiliser : augmenter la durée de vie des objets en favorisant la réparation, le réemploi et l’usage partagé.
  • Recycler : récupérer et revaloriser les matières premières en les réintégrant dans la production afin de boucler les cycles de vie des produits.

L’économie circulaire implique une reconfiguration des systèmes de production et de consommation et, au-delà, de notre rapport aux ressources naturelles et à leur valeur. C’est une approche systémique qui se traduit par une combinaison d’actions et une recherche de synergies à différentes échelles. Dans le secteur agricole, ces actions peuvent se faire à la fois à l’échelle de l’exploitation (micro-méthanisation à la ferme, autonomie alimentaire en concentrés et fourragère…), entre exploitations (mutualisation d’outils, bouclage des cycles de nutriments…), entre différents acteurs du secteur (utilisation de coproduits, invendus ou produits hors-calibre…), ou en intégrant des acteurs d’autres secteurs d’activité (valorisation énergétique, matériaux biosourcés, boues de stations d’épuration…).

Elle est portée par les politiques publiques. En France, la loi de transition énergétique pour la croissance verte (2015) et la feuille de route économie circulaire (2018) proposent un cadre réglementaire et une stratégie de mise en œuvre.

La restructuration des systèmes engagée par l’économie circulaire vise à les faire évoluer dans une perspective de durabilité économique, environnementale et sociale. Recoupant certaines dimensions de la bioéconomie, l’économie circulaire est un vecteur de la transition agroécologique.

Publié le 12 décembre 2019

Références bibliographiques :

Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME). 2019. Nos expertises : Economie circulaire. Consulté le 01/12/19.

Aurez, V., Georgeault, L., Stahel, W., Bourg, D. 2016. Économie circulaire : système économique et finitude des ressources. De Boeck supérieur, Louvain-la Neuve. 2e Edition 336 p.

Institut National de l’Économie Circulaire. 2018. Livre Blanc « Systèmes agricoles et agroalimentaires circulaires ». 44p.

Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire. 2019. La feuille de route économie circulaire (FREC) : les 50 mesures. 46p.

Pour citer cette définition ou partie de définition :
Florent Arthur, Landry Devin, Hugo Luzi, Jean-Philippe Choisis, Amélie Gonçalves. 2019. Economie circulaire : Définition. Dictionnaire d'Agroecologie, https://dicoagroecologie.fr/encyclopedie/economie-circulaire/

Déposer et voir les commentaires

Laisser un commentaire

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.