Déprimage

Niveau d'echelle :

Synonyme(s) : Primherbage

Déprimage d’une prairie envahie par des ombellifères. Crédit photo : Jean-Pierre Theau, Inra
Définition :

Le déprimage est un mode d’exploitation précoce des graminées par le pâturage.

Il est généralement conduit sur prairie de fauche, par pâturage, dès la mise à l’herbe et peut avoir des objectifs différents. En pâturage, il permet d’allonger la saison de pâturage en allant chercher de l’herbe jeune à faible coût sur les surfaces les plus précoces. En fauche, il permet de maintenir la qualité des foins en repoussant le stade de développement de l’herbe pour positionner la fenaison dans une fenêtre météo plus favorable. Sur céréales d’hiver, il améliore le tallage et peut permettre une augmentation de rendement.

La pratique du déprimage consiste à sectionner la partie supérieure des graminées, en conservant le futur épi (méristème reproducteur) qui monte dans la tige. Cette pratique améliore le tallage des graminées, favorise les légumineuses par leur accès à la lumière et permet de contrôler certaines espèces végétales indésirables (rumex, ombellifères, …).

Le déprimage est un mode d’exploitation tactique des surfaces fourragères. Si l’objectif est de raccourcir la durée d’hivernage, il ne doit se faire que pour pallier le manque de ressources des surfaces de pacage (non fauchées). Sa conduite demande une forte vigilance vis-à-vis du tassement des sols (piétinement) et sur le plan diététique (changement brusque de régime alimentaire en sortie d’hiver). Si le déprimage est trop tardif ou trop ras, il supprime les méristèmes reproducteurs, on parle alors d’étêtage. Le fourrage qui en résultera sera riche en feuilles (qualité), mais pauvre en tiges ce qui pénalisera fortement la productivité des prés de fauche.

Le déprimage est un mode d’exploitation des prairies et un levier pouvant jouer à la fois sur la gestion du pâturage et de la fauche. Il permet d’améliorer la durée de pâturage, l’autonomie fourragère et protéique des systèmes herbagers tout en préservant la diversité végétale. Il constitue de fait une pratique agroécologique importante dans les systèmes d’élevage extensif.

Publié le 19 décembre 2018
Références bibliographique :

Brachet A. 2018. Fiche-22 : Le déprimage : pâturer tôt et avoir des fourrages de qualité. Guide pâturage : 100 fiches pour répondre à vos questions. Mars 2018. ISBN : 978-2-36343-938-3

D’Alteroche F. 2002. Le déprimage pour améliorer la qualité des fourrages. Réussir Bovins Viande. Consulté le 8 octobre 2018.

Frioud E. 2014. Un bon démarrage grâce au déprimage. Agri hebdomadaire professionnel agricole de la suisse romande.  Consulté le 8 octobre 2018.

Gillet M. 1980. Les graminées fourragères. Description, fonctionnement, applications à la culture de lʹherbe. Bordas, Paris. 306 p. ISBN 2-04-010799-1.

Groupement National Interprofessionnel des Semences et plants (GNIS). 2017. Surfaces prairiales : Comment optimiser leur exploitation-Déprimer, c’est gagner !  Consulté le 08 octobre 2018.

Hulin S. et al. 2011. Diagnostic prairial en zones fromagères AOP du Massif central : OUTIL 1 : Typologie multifonctionnelle des prairies.  Niveau 2 : Version complète décrivant les 60 types de prairies identifiées en zones AOP. Edité par le Pôle fromager AOP Massif central. 461p. Programme Casdar Prairies AOP : « Mieux connaître, utiliser et valoriser les prairies du Massif central dans le cadre des productions fromagères d’AOP ».

Martin G. 2009. Analyse et conception de systèmes fourragers flexibles par modélisation systémique et simulation dynamique. Thèse de doctorat en agronomie, Toulouse, Institut National Polytechnique de Toulouse. 179p.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.