Amélioration évolutive des plantes

Niveau d'echelle :
Définition :

L’amélioration évolutive des plantes permet à un agriculteur d’adapter génétiquement des populations de plantes à leur milieu. Il peut la mettre en œuvre à la ferme dès lors qu’il produit sa propre semence.

Cette méthode est basée sur la sélection naturelle. Elle découle de la variation au sein d’une population de la survie des plantes et de leur nombre de descendants (lié, par exemple, au nombre de graines produites). Les caractères agronomiques (rendement, qualité…) liés à cette variation évoluent sous l’effet de la sélection naturelle. L’effet de la sélection peut être positif lorsqu’en favorisant la survie et la capacité reproductive, elle améliore certains traits comme la pérennité, la résistance aux maladies, le nombre ou la taille des grains… Mais pour les traits qui s’opposent à la survie et à la reproduction, elle aura un effet négatif. Ainsi, au pâturage, en mangeant les plantes qu’ils apprécient, les animaux favorisent la reproduction des plantes les moins appétentes ce qui peut dégrader la qualité fourragère de la population.

L’amélioration évolutive diffère de la sélection artificielle (telle la sélection massale utilisée en amélioration variétale) car les plantes sélectionnées le sont par le milieu et non par l’homme. En revanche, l’agriculteur favorise et oriente cette amélioration par ses pratiques culturales. Par exemple, l’évolution sera d’autant plus rapide que la variation d’origine génétique des traits agronomiques sera grande. Il aura donc intérêt à exposer à la sélection naturelle des mélanges de variétés afin d’accélérer la réponse à la sélection. Il pourra également choisir des parcelles, des itinéraires techniques pour soumettre une population à certaines pressions de sélection spécifiques (gel, sol séchant, pâturage…).

L’amélioration évolutive est une technique low-tech qui nécessite peu d’investissements comparativement à l’amélioration variétale. Elle s’inscrit dans une pratique agroécologique et peut être facilement déployée pour l’adaptation des populations à différentes échelles (territoires, fermes, parcelles) et sur une large gamme d’espèces, dont celles indispensables à la diversification des cultures mais ayant un faible retour sur investissement pour les semenciers.

Publié le 23 novembre 2018
Références bibliographique :

Collectif d’auteurs. 2015. Gérer collectivement la biodiversité cultivée: Etude d’initiatives locales. Educagri éditions. Collection Reférences. 224p. ISBN : 979-10-275-0008-6

Rey, F.; Hazard, L. 2017. Gestion collective de la biodiversité cultivée : étude d’initiatives locales. Innovations Agronomiques 55 (2017), pp 247-256.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.