Race locale

Date de la dernière mise à jour : 01/09/2016

Race locale

Date de la dernière mise à jour :

Équivalent(s) étranger(s) :

Native breed (en)

Réalisation Christy Whaibe, ENSAV, 2017

Subdivision d’une espèce animale qui a été domestiquée par l’Homme dans une optique d’élevage et de sélection. D’après le code rural, une race est considérée comme locale si des liens suffisants avec un territoire spécifique sont démontrés, notamment si 30 % des effectifs sont situés dans un seul département ou 70 % dans trois départements limitrophes deux à deux.

Les individus appartenant à une même race possèdent des caractéristiques génotypiques et phénotypiques proches. Lorsque ces caractères se sont développés pour s’acclimater à un milieu défini, on parle alors de race locale. Cette dernière est adaptée à l’environnement pédoclimatique et sanitaire d’une zone géographique délimitée qui lui est propre.

La gestion des races est organisée par des organismes de sélection. Ces dispositifs coopératifs regroupent de multiples participants (éleveurs, centres de sélection, organismes de développement, scientifiques, collectivités territoriales) autour d’un projet commun, en l’occurrence la pérennité et l’amélioration des populations animales.

Ayant été délaissées au profit de races considérées comme plus productives, certaines races locales sont aujourd’hui en conservation. D’autres, au contraire, se sont maintenues et développées grâce à leur intégration dans différentes filières de valorisation de produits, par exemple, sous signe de qualité.

Dans les milieux environnementaux fortement contraints, le recours à une race locale est intéressant pour garantir une bonne adaptabilité du troupeau aux conditions extérieures. En effet, si elle est adaptée au milieu, la race locale a la capacité de faire face aux fortes contraintes pédoclimatiques ou sanitaires sans compromettre ses capacités de production.

Race locale
Bretonne Pie Noire Crédit : Anne Lauvie

Références à explorer

Audiot A. 1995. Races d’hier pour l’élevage de demain. Edition Quae. 120p.

Code rural et de la pêche maritime. Race locale. article D653-9.

Couix, N., Gaillard, C., Lauvie, A., Mugnier, S., Verrier, E. 2016. Des races localement adaptées et adoptées, une condition de la durabilité des activités d’élevage. Cahiers Agricultures (25), 7 p. DOI : 10.1051/cagri/2016052

Dictionnaire Larousse. 2016. Définitions : Local, locale, locaux.

Labatut J., Bibé B., Aggeri F., Girard N. 2012. « Coopérer pour gérer des races locales : conception, rôles et usages des instruments scientifiques de sélection ». Natures Sciences Sociétés 2/2012 (Vol. 20) , pp 143-156.

Lauvie A. 2007. Gérer les populations animales locales à petit effectifs : Approche de la diversité des dispositifs mis en œuvre. Thèse de doctorat. Dirigée par Audiot A., Verrier E. 377 p.

Lauvie A., Casabianca F., Verrier E., Audiot A., Brives H. 2007. Gestion des populations animales à petits effectifs. Accès aux dispositifs par l’analyse des controverses. Natures Sciences Sociétés 15, pp 154-161. DOI: 10.1051/nss:2007042

Leclerc B., Vissac B. 2002. Les vaches de la République : saisons et raisons d’un chercheur citoyen. INRA Editions, 505 p.

Races de France. 2011. Hier et aujourd’hui : La domestication – les races françaises. Site web consulté le 2 septembre 2016.

Wikipédia. Race locale. Encyclopédie libre consultée le 2 septembre 2016.

Ces définitions pourraient également vous intéresser

Agriculture de précision

Régime sociotechnique

Régime sociotechnique

Système socio-technique en restauration collective

Système sociotechnique

Les échanges autour de la définition :

  • M

    Maurice MAHIEU

    Bonjour
    j’ajouterais « et sanitaire » dans la phrase « Cette dernière est adaptée à l’environnement pédoclimatique et sanitaire d’une zone géographique délimitée qui lui est propre. »,
    ainsi que dans « la race locale a la capacité de faire face aux fortes contraintes pédoclimatiques ou sanitaires sans compromettre ses capacités de production. »

    c’est en particulier le cas des parasites dont la présence peut être fortement dépendante de l’environnement (par ex les brebis Solognotes et les parasites gastro-intestinaux plus fréquents en milieu humide, ou encore les chèvres Créole de Guadeloupe ou les moutons Martinik, eux aussi plus résistants aux nématodes gastro-intestinaux que des races sélectionnées dans des milieux moins contraignants)

    • V

      vgarandel

      Bonjour,
      Merci pour l’intérêt porté à cette définition, votre demande d’ajout a été validé par les auteures scientifiques de la définition : Julie Labatut et Nathalie Couix.
      Bien cordialement
      Véronique Batifol-Garandel